Cercles rouges striés

Complétons la reconstruction du Parti afin de mobiliser la classe ouvrière pour la révolution socialiste!

Le Parti communiste révolutionnaire du Canada a récemment tenu son Ve Congrès afin de se doter des orientations nécessaires pour compléter sa reconstruction d’ici environ deux ans et de s’armer politiquement en vue d’une nouvelle séquence d’initiatives militantes devant servir cet objectif. Cette nouvelle séquence d’action, qui débutera dès l’automne 2021, doit permettre au Parti daccumuler des forces neuves qui adhéreront entièrement aux bases politiques de l’organisation, qui ne sacrifieront rien à l’idéalisme petit-bourgeois et qui seront prêtes à combattre et à affronter la bourgeoisie tout en se liant à la classe ouvrière et à ses luttes quotidiennes. Enthousiasmés par la continuité et le renouvellement de l’activité du PCR, les partisans rassemblés au Congrès ont réaffirmé leur engagement à compléter le processus visant à rebâtir leur organisation pour donner une nouvelle impulsion majeure au combat révolutionnaire contre la bourgeoisie canadienne et, à terme, pour propulser le prolétariat vers le pouvoir.

Le Ve Congrès a marqué la conclusion de la période d’intenses luttes internes ayant fait rage au sein du PCR dans les dernières années, et plus particulièrement depuis le IVe Congrès du Parti ayant eu lieu en 2016. Durant cette période, les représentants du centre historique du PCR ont dû mener un combat acharné contre l’opportunisme petit-bourgeois et l’idéalisme postmoderne qui tentaient de saboter le déploiement de l’organisation et d’en changer la nature. Comme cela est maintenant connu depuis un moment, ce combat a notamment pris la forme d’une scission en 2017, puis d’une épuration en 2018-2019. Les véritables communistes du PCR ont été obligés, dans un premier temps, de se séparer de la clique opportuniste de droite qui s’était emparée du Comité Central lors du Congrès de 2016, puis, dans un deuxième temps, de forcer les éléments opportunistes et idéalistes encore présents dans leurs rangs à révéler leur position de classe petite-bourgeoise et à quitter le Parti en reconstruction.

Certes, les événements des dernières années ont tiré l’avant-garde communiste canadienne vers l’arrière sur le plan organisationnel. Cependant, politiquement, le mouvement est loin d’être revenu à la case de départ. En effet, la lutte conséquente contre l’opportunisme et le postmodernisme a permis aux militants révolutionnaires de tirer des enseignements importants et à leur mouvement de faire un bond en avant sur le plan idéologique et politique. Par ailleurs, la lutte combative menée contre la classe capitaliste et son appareil répressif depuis la fondation du PCR en 2007 a également permis aux dirigeants et aux membres actuels du Parti d’acquérir une expérience pratique précieuse. En somme, en dépit des pertes d’effectifs ayant touché le Parti dans les dernières années, le prolétariat canadien peut présentement compter sur un noyau solide de militants d’avant-garde confiants dans l’avenir, confiants dans les masses populaires et déterminés à mener le combat pour le communisme jusqu’au bout. Plus tôt que tard, les avancées politiques incarnées par ces partisans se traduiront nécessairement en progrès révolutionnaires matériels.

Afin d’exprimer ces avancées sous une forme condensée, le Congrès de 2021 s’est prononcé en faveur de l’objectif de doter le Parti, au terme de sa reconstruction, d’un nouveau programme pour mobiliser la classe ouvrière canadienne dans la lutte pour le socialisme. Le Parti se trouve ainsi engagé dans un processus d’étude et de débats internes visant à l’élaboration de ce nouveau programme d’ici environ deux ans, lequel, en plus de traduire les progrès politiques accomplis par l’organisation durant la dernière décennie, reflétera de manière plus exacte l’état de la société canadienne actuelle et fournira de plus amples détails sur la future organisation socialiste du pays telle que le PCR l’anticipe. La charpente et les thèses centrales de ce programme ont été consignées dans un document adopté par le Congrès intitulé Les bases politiques du nouveau programme du Parti communiste révolutionnaire du Canada. D’ores et déjà, l’on peut affirmer que ce document aura un retentissement certain dans la lutte des classes au pays et deviendra un repère pour tous les travailleurs qui veulent mettre un terme à l’exploitation capitaliste.

Le Congrès a également entériné la réorganisation de l’ensemble du système de propagande du Parti, réorganisation qui doit servir à élever le degré de professionnalisme de l’organisation, à rehausser la clarté et la qualité de ses publications, à relancer le mouvement maoïste au Canada et surtout, à faire rayonner plus largement que jamais les analyses et les perspectives du Parti parmi les masses ouvrières. Ces avancées seront notamment réalisées en tablant sur les gains enregistrés durant les deux dernières années par le journal ISKRA tout en poussant cette expérience propagandiste beaucoup plus loin. La réorganisation du système de propagande du PCR se traduira notamment par la mise sur pied d’un nouvel organe central dès l’automne 2021 : le journal Cause ouvrière. Ce nouvel organe de propagande aura une forme hybride, c’est-à-dire à la fois celle d’un journal électronique et celle d’un journal papier paraissant à une fréquence régulière et servant à être diffusé aux usines et dans les masses. C’est dans le journal Cause ouvrière que seront publiés l’ensemble des analyses et des points de vue du PCR sur l’actualité canadienne et mondiale de la lutte des classes. Les textes du Parti ayant un niveau plus avancé (polémiques internes à la nébuleuse révolutionnaire internationale, textes théoriques et autres écrits politiques servant à assurer l’unité idéologique des militants du mouvement maoïste canadien) seront, quant à eux, publiés séparément dans la revue Les Cahiers canadiens du matérialisme historique, laquelle sera également lancée à l’automne 2021. Cette revue répondra de manière concrète aux questions névralgiques de la révolution au Canada : elle traitera du parti, des classes sociales, du mouvement ouvrier, de l’économie politique, de la guerre populaire, de l’impérialisme, et plus encore. Elle aura d’abord la forme d’une revue électronique exclusivement, mais la parution de numéros imprimés est également prévue dans un futur proche.

Finalement, le Congrès de 2021 a unifié le Parti autour de thèses fortes sur ce qu’il qualifie désormais de programme postmoderne de la grande bourgeoisie. Ces conceptions correspondent aux conclusions tirées de la lutte menée dans la dernière décennie par les représentants de la direction historique du PCR contre la nouvelle forme dominante d’idéalisme à notre époque : l’idéologie réactionnaire développée par les couches intermédiaires petites-bourgeoises, idéologie dont la grande bourgeoisie s’est emparée pour servir ses intérêts. Cette compréhension du postmodernisme est expliquée de fond en comble dans un livre à paraître sous peu intitulé Le nouvel idéalisme : Comment le postmodernisme sert les fins du capital. Ce texte devra dès sa parution être considéré comme un document fondamental du PCR. La compréhension et l’acceptation de son contenu constitueront désormais une condition nécessaire pour unir idéologiquement les militants du Parti.

Vive le maxime-léninisme-maoïsme et le matérialisme historique!

À bas l’opportunisme petit-bourgeois et l’idéalisme postmoderne!

Accumulons des forces nouvelles pour mener la lutte combative contre la bourgeoisie!

Reconstruisons le PCR afin de préparer la guerre populaire et de guider le prolétariat canadien vers le pouvoir!